16

1 Job prit la parole et dit:

2 Que de fois ai-je entendu de tels propos, et quels pénibles consolateurs vous faites!

3 "Y aura-t-il une fin à ces paroles en l'air?" Ou encore: "Quel mal te pousse à te défendre?"

4 Oh! moi aussi, je saurais parler comme vous, si vous étiez à ma place; je pourrais vous accabler de discours en hochant la tête sur vous,

5 vous réconforter en paroles, puis cesser d'agiter les lèvres.

6 Mais quand je parle, ma souffrance ne cesse pas, si je me tais, en quoi disparaît-elle?

7 Et maintenant elle me pousse à bout; tu as frappé d'horreur tout mon entourage

8 et il me presse, mon calomniateur s'est fait mon témoin, il se dresse contre moi, il m'accuse en face;

9 sa colère déchire et me poursuit, en montrant des dents grinçantes. Mes adversaires aiguisent sur moi leurs regards,

10 ouvrent une bouche menaçante. Leurs railleries m'atteignent comme des soufflets; ensemble ils s'ameutent contre moi.

11 Oui, Dieu m'a livré à des injustes, entre les mains des méchants, il m'a jeté.

12 Je vivais tranquille quand il m'a fait chanceler, saisi par la nuque pour me briser. Il a fait de moi sa cible:

13 il me cerne de ses traits, transperce mes reins sans pitié et répand à terre mon fiel.

14 Il ouvre en moi brèche sur brèche, fonce sur moi tel un guerrier.

15 J'ai cousu un sac sur ma peau, jeté mon front dans la poussière.

16 Mon visage est rougi par les larmes et l'ombre couvre mes paupières.

17 Pourtant, point de violence dans mes mains, et ma prière est pure.

18 O terre, ne couvre point mon sang, et que mon cri monte sans arrêt.

19 Dès maintenant, j'ai dans les cieux un témoin, là-haut se tient mon défenseur.

20 Interprète de mes pensées auprès de Dieu, devant qui coulent mes larmes,

21 qu'il plaide la cause d'un homme aux prises avec Dieu, comme un mortel défend son semblable.

22 Car mes années de vie sont comptées, et je m'en vais par le chemin sans retour.