24

1 Pourquoi Shaddaï n'a-t-il pas des temps en réserve, et ses fidèles ne voient-ils pas ses jours?

2 Les méchants déplacent les bornes, ils enlèvent troupeau et berger.

3 On emmène l'âne des orphelins, on prend en gage le boeuf de la veuve.

4 Les indigents s'écartent du chemin, les pauvres du pays se cachent tous de même.

5 Tels les onagres du désert, ils sortent à leur travail, cherchant dès l'aube une proie, et le soir, du pain pour leurs petits.

6 Ils moissonnent dans le champ d'un vaurien, ils pillent la vigne d'un méchant.

7 Ils passent la nuit nus, sans vêtements, sans couverture contre le froid.

8 L'averse des montagnes les transperce; faute d'abri, ils étreignent le rocher.

9 On arrache l'orphelin à la mamelle, on prend en gage le nourrisson du pauvre.

10 Ils s'en vont nus, sans vêtements; affamés, ils portent les gerbes.

11 En plein midi ils restent entre deux murettes, altérés, ils foulent les cuves.

12 De la ville on entend gémir les mourants, les blessés, dans un souffle, crier à l'aide. Et Dieu reste sourd à la prière!

13 D'autres sont de ceux qui repoussent la lumière: ils en méconnaissent les chemins, n'en fréquentent pas les sentiers.

14 Il fait noir quand l'assassin se lève, pour tuer le pauvre et l'indigent. Durant la nuit rôde le voleur,

15 L'oeil de l'adultère épie le crépuscule: "Personne ne me verra", dit-il, et il met un voile sur son visage.

16 Dans les ténèbres, il perfore les maisons. Pendant le jour, ils se cachent, ceux qui ne veulent pas connaître la lumière.

17 Pour eux tous, le matin devient ténèbres, car ils en éprouvent alors les terreurs.

18 Ce n'est plus qu'un fétu à la surface des eaux, son domaine est maudit dans le pays, nul ne prend le chemin de sa vigne.

19 Comme une chaleur sèche fait disparaître la neige. Ainsi le shéol celui qui a péché.

20 Le sein qui l'a formé l'oublie et son nom n'est plus mentionné. Ainsi est foudroyée comme un arbre l'iniquité.

21 Il a maltraité la femme stérile, privée d'enfants, il s'est montré dur pour la veuve.

22 Mais Celui qui se saisit des tyrans avec force surgit et lui ôte l'assurance de la vie.

23 Il le laissait s'appuyer sur une sécurité trompeuse, mais, des yeux, il surveillait ses démarches.

24 Elevé pour un temps, il disparaît, il s'affaisse comme l'arroche qu'on cueille, il se fane comme la tête des épis.

25 N'en est-il pas ainsi? Qui me convaincra de mensonge et réduira mes paroles à néant?