Salmos 102

1 Prière pour un malheureux qui dans son accablement répand sa plainte devant Yahvé.

2 Yahvé, entends ma prière, que mon cri vienne jusqu'à toi;

3 ne cache pas loin de moi ta face au jour où l'angoisse me tient; incline vers moi ton oreille, au jour où je t'appelle, vite, réponds-moi!

4 Car mes jours s'en vont en fumée, mes os brûlent comme un brasier;

5 battu comme l'herbe, mon coeur sèche et j'oublie de manger mon pain;

6 à force de crier ma plainte, ma peau s'est collée à mes os.

7 Je ressemble au hibou du désert, je suis pareil à la hulotte des ruines;

8 je veille et je gémis, comme l'oiseau solitaire sur le toit;

9 tout le jour mes ennemis m'outragent, ceux qui me louaient maudissent par moi.

10 La cendre est le pain que je mange, je mêle à ma boisson mes larmes,

11 devant ta colère et ta fureur, car tu m'as soulevé puis rejeté;

12 mes jours sont comme l'ombre qui décline, et moi comme l'herbe je sèche.

13 Mais toi, Yahvé, tu trônes à jamais; d'âge en âge, mémoire de toi!

14 Toi, tu te lèveras, attendri pour Sion, car il est temps de la prendre en pitié, car l'heure est venue;

15 car tes serviteurs en chérissent les pierres, pris de pitié pour sa poussière.

16 Et les païens craindront le nom de Yahvé, et tous les rois de la terre, ta gloire;

17 quand Yahvé rebâtira Sion, il sera vu dans sa gloire;

18 il se tournera vers la prière du spolié, il n'aura pas méprisé sa prière.

19 On écrira ceci pour l'âge à venir et un peuple nouveau louera Dieu:

20 il s'est penché du haut de son sanctuaire, Yahvé, et des cieux a regardé sur terre,

21 afin d'écouter le soupir du captif, de libérer les clients de la mort,

22 pour répandre dans Sion le nom de Yahvé, sa louange dans Jérusalem,

23 quand se joindront peuples et royaumes pour rendre un culte à Yahvé.

24 En chemin ma force a fléchi; le petit nombre de mes jours,

25 fais-le-moi savoir, ne me prends pas à la moitié de mes jours, d'âge en âge vont tes années.

26 Depuis longtemps tu as fondé la terre, et les cieux sont l'ouvrage de tes mains;

27 eux périssent, toi tu restes, tous comme un vêtement ils s'usent, comme un habit qu'on change, tu les changes;

28 mais toi, le même, sans fin sont tes années.

29 Les fils de tes serviteurs auront une demeure et leur lignée subsistera devant toi.