Salmos 139

1 Du maître de chant. De David. Psaume. Yahvé, tu me sondes et me connais;

2 que je me lève ou m'assoie, tu le sais, tu perces de loin mes pensées;

3 que je marche ou me couche, tu le sens, mes chemins te sont tous familiers.

4 La parole n'est pas encore sur ma langue, et voici, Yahvé, tu la sais tout entière;

5 derrière et devant tu m'enserres, tu as mis sur moi ta main.

6 Merveille de science qui me dépasse, hauteur où je ne puis atteindre.

7 Où irai-je loin de ton esprit, où fuirai-je loin de ta face?

8 Si j'escalade les cieux, tu es là, qu'au shéol je me couche, te voici.

9 Je prends les ailes de l'aurore, je me loge au plus loin de la mer,

10 même là, ta main me conduit, ta droite me saisit.

11 Je dirai: "Que me presse la ténèbre, que la nuit soit pour moi une ceinture";

12 même la ténèbre n'est point ténèbre devant toi et la nuit comme le jour illumine.

13 C'est toi qui m'as formé les reins, qui m'as tissé au ventre de ma mère;

14 je te rends grâce pour tant de prodiges: merveille que je suis, merveille que tes oeuvres. Mon âme, tu la connaissais bien,

15 mes os n'étaient point cachés de toi, quand je fus façonné dans le secret, brodé au profond de la terre.

16 Mon embryon, tes yeux le voyaient; sur ton livre, ils sont tous inscrits les jours qui ont été fixés, et chacun d'eux y figure.

17 Mais pour moi, que tes pensées sont difficiles, ô Dieu, que la somme en est imposante!

18 Je les compte, il en est plus que sable; ai-je fini, je suis encore avec toi.

19 Si tu voulais, ô Dieu, tuer l'impie! Hommes de sang, allez-vous-en de moi!

20 Eux qui parlent de toi sournoisement, qui tiennent pour rien tes pensées.

21 Yahvé, n'ai-je pas en haine qui te hait, en dégoût, ceux qui se dressent contre toi?

22 Je les hais d'une haine parfaite, ce sont pour moi des ennemis.

23 Sonde-moi, ô Dieu, connais mon coeur, scrute-moi, connais mon souci;

24 vois que mon chemin ne soit fatal, conduis-moi sur le chemin d'éternité.