24

1 Pourquoi n`y a-t-il pas de temps réservés par le Tout-Puissant, et ceux qui le servent ne voient-ils pas son jour?

2 On voit des hommes qui déplacent les bornes, qui font paître le troupeau qu`ils ont volé.

3 Ils poussent devant eux l`âne de l`orphelin, et retiennent en gage le boeuf de la veuve.

4 Ils forcent les pauvres à se détourner du chemin; tous les humbles du pays sont réduits à se cacher.

5 Comme l`onagre dans la solitude, ils sortent pour leur travail, dès le matin, cherchant leur nourriture. Le désert leur fournit la subsistance de leurs enfants;

6 ils coupent les épis dans les champs, ils maraudent dans la vigne de leur oppresseur.

7 Nus, ils passent la nuit, faute de vêtements, sans couverture contre le froid.

8 La pluie des montagnes les pénètre; à défaut d`abri, ils se blottissent contre le rocher.

9 Ils arrachent l`orphelin à la mamelle, ils prennent des gages sur les pauvres.

10 Ceux-ci, tout nus, sans vêtements, portent, affamés, les gerbes du maître;

11 Ils expriment l`huile dans ses celliers. Ils foulent sa vendange, et ils ont soif.

12 Du sein des villes s`élèvent les gémissements des hommes, et l`âme des blessés crie; et Dieu ne prend pas garde à ces forfaits!

13 D`autres sont parmi les ennemis de la lumière, ils n`en connaissent pas les voies, ils ne se tiennent pas dans ses sentiers.

14 L`assassin se lève au point du jour; il tue le pauvre et l`indigent, il rôde la nuit comme un voleur.

15 L`oeil de l`adultère épie le crépuscule; " Personne ne me voit, " dit-il, et il jette un voile sur son visage.

16 La nuit, d`autres forcent les maisons, le jour, ils se tiennent cachés: ils ne connaissent pas la lumière.

17 Pour eux, le matin est comme l`ombre de la mort, car les horreurs de la nuit leur sont familières.

18 Ah! L`impie glisse comme un corps léger sur la face des eaux, il n`a sur la terre qu`une part maudite, il ne se dirige pas sur le chemin des vignes!

19 Comme la sécheresse et la chaleur absorbent l`eau des neiges, ainsi le schéol engloutit les pécheurs!

20 Ah! Le sein maternel l`oublie, les vers en font leurs délices; on ne se souvient plus de lui, et l`iniquité est brisée comme un arbre.

21 Il dévorait la femme stérile et sans enfants, il ne faisait pas de bien à la veuve!...

22 Mais Dieu par sa force ébranle les puissants, il se lève, et ils ne comptent plus sur la vie;

23 il leur donne la sécurité et la confiance, et ses yeux veillent sur leurs voies.

24 Ils se sont élevés, et en un instant ils ne sont plus; ils tombent, ils sont moissonnés comme tous les hommes; ils sont coupés comme la tête des épis.

25 S`il n`en est pas ainsi, qui me convaincra de mensonge? Qui réduira mes paroles à néant?