Filipenses 4

1 C’EST pourquoi, mes très-chers et très-aimés frères, qui êtes ma joie et ma couronne, continuez, mes bien-aimés, et demeurez fermes dans le Seigneur.

2 Je conjure Evodie, et je conjure Syntyche, de s’unir dans les mêmes sentiments en notre Seigneur.

3 Je vous prie aussi, vous qui avez été le fidèle compagnon de mes travaux, de les assister, elles qui ont travaillé avec moi dans l’établissement de l’Evangile, avec Clément et les autres qui m’ont aidé dans mon ministère, dont les noms sont écrits dans le livre de vie.

4 Soyez toujours dans la joie en notre Seigneur; je le dis encore une fois, soyez dans la joie.

5 Que votre modestie soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche.

6 Ne vous inquiétez de rien; mais en quelque état que vous soyez, présentez à Dieu vos demandes par des supplications et des prières, accompagnées d’actions de grâces.

7 Et que la paix de Dieu, qui surpasse toutes pensées, garde vos coeurs et vos esprits en Jésus-Christ.

8 Enfin, mes frères, que tout ce qui est véritable et sincère, tout ce qui est honnête, tout ce qui est juste, tout ce qui est saint, tout ce qui peut vous rendre aimables, tout ce qui est d’édification et de bonne odeur, tout ce qui est vertueux, et tout ce qui est louable dans le règlement des moeurs, soit l’entretien de vos pensées.

9 Pratiquez ce que vous avez appris et reçu de moi, ce que vous avez entendu dire de moi, et ce que vous avez vu en moi; et le Dieu de paix sera avec vous.

10 Au reste, j’ai reçu une grande joie en notre Seigneur, de ce qu’enfin vous avez renouvelé les sentiments que vous aviez pour moi; non que vous ne les eussiez toujours dans le coeur, mais vous n’aviez pas d’occasion de les faire paraître.

11 Ce n’est pas la vue de mon besoin qui me fait parler de la sorte: car j’ai appris à me contenter de l’état où je me trouve.

12 Je sais vivre pauvrement; je sais vivre dans l’abondance: ayant éprouvé de tout, je suis fait à tout, au bon traitement et à la faim, à l’abondance et à l’indigence.

13 Je puis tout en celui qui nie fortifie.

14 Vous avez bien fait néanmoins de prendre part à l’affliction où je suis.

15 Or vous savez mes frères de Philippes, qu’après avoir commencé à vous prêcher l’Evangile, ayant depuis quitté la Macédoine, nulle autre Eglise ne m’a fait part de ses biens, et que je n’ai rien reçu nue de vous seuls,

16 qui m’avez envoyé deux fois à Thessalonique de quoi satisfaire à mes besoins.

17 Ce n’est pas que je désire vos dons; mais je désire le fruit que vous en tirez, qui augmentera le compte que Dieu tient de vos bonnes oeuvres. {Gr. mais je désire le fruit qui en abondera par rapport à vous.}

18 Or j’ai maintenant tout ce que vous m’avez envoyé, et je suis dans l’abondance: je suis rempli de vos biens que j’ai reçus d’Epaphrodite, comme une oblation d’excellente odeur, comme une hostie {Gr. sacrifice.} que Dieu accepte volontiers, et qui lui est agréable.

19 Je souhaite que mon Dieu, selon les richesses de sa bonté, remplisse tous vos besoins, et vous donne encore sa gloire par Jésus-Christ.

20 Gloire soit à Dieu notre Père dans tous les siècles des siècles. Amen.

21 Saluez de ma part tous les saints en Jésus-Christ.

22 Les frères qui sont avec moi vous saluent, mais principalement ceux qui sont de la maison de César.

23 La grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec votre esprit. Amen.