Jó 16

1 Puis Job répondit, et dit:

2 J’ai souvent entendu de telles choses; vous êtes tous des consolateurs pitoyables.

3 N’y aura-t-il pas de fin aux paroles vaines? Et qu’est-ce qui t’enhardit, que tu me répondes?

4 Je pourrais aussi parler comme vous, si votre âme était à la place de mon âme, je pourrais amasser des paroles contre vous, et secouer ma tête vers vous.

5 Mais je vous fortifierais avec ma bouche, et le mouvement de mes lèvres soulagerait votre douleur.

6 Si je parle, ma douleur n’est pas soulagée; et si je me tais, cela me calmerait?

7 Mais maintenant il m’a fatigué; tu as dévasté toute ma famille,

8 Et tu m’as couvert de rides, qui sont un témoignage contre moi; et ma maigreur se lève en moi, et en rend témoignage sur mon visage.

9 Il me déchire dans sa colère, qui me hait; il grince des dents contre moi; mon ennemi aiguise contre moi ses yeux.

10 Ils ont ouvert contre moi leur bouche; ils m’ont frappé à la joue avec reproche; ils se sont réunis tous ensemble contre moi.

11 Dieu m’a livré à l’impie, et m’a fait tombé entre les mains des méchants.

12 J’étais tranquille, et il m’a brisé; il m’a aussi empoigné par le cou, et m’a secoué en morceaux, et a fait de moi sa cible.

13 Ses archers m’entourent; il me perce les reins, et ne m’épargne pas; il répand mon fiel par terre.

14 Il me brise [en me faisant] plaie sur plaie; il court sur moi comme un géant.

15 J’ai cousu un sac sur ma peau, et ai souillé ma corne dans la poussière;

16 Mon visage est sali par les pleurs, et sur mes paupières est l’ombre de la mort.

17 Non pas qu’il y ait aucune injustice dans mes mains, ma prière aussi est pure.

18 Ô terre, ne couvre pas mon sang, et qu'il n'y ait pas de place pour mon cri.

19 Maintenant aussi, voici, mon témoin est dans le ciel, et mon registre est dans les hauts lieux.

20 Mes amis se moquent de moi mais mon œil fond en larmes vers Dieu.

21 Oh s’il y avait quelqu’un qui puisse plaider pour l’homme avec Dieu, comme un homme plaide avec son voisin!

22 Quand les quelques années seront passées, alors je m’en irai dans le chemin d’où je ne reviendrai pas.