Ester 15

1 Il manda à Esther (c'est-à-dire, sans doute, Mardochée) d'aller trouver le roi, et de le prier pour son peuple et pour son pays.

2 Souvenez-vous, lui dit-il, des jours de votre abaissement, et de la manière dont je vous ai élevée, parce qu'Aman, qui est le second après le roi, lui a parlé contre nous pour nous perdre ;

3 Invoquez donc le Seigneur, parlez pour nous au roi, et délivrez-nous de la mort.

4 Le troisième jour Esther quitta les habits de deuil dont elle s'étoit revêtue, et se para de tous ses plus riches ornements.

5 Dans cet éclat de la magnificence royale, ayant invoqué Dieu, qui est le conducteur et le sauveur de tous, elle prit deux de ses suivantes,

6 Et elle s'appuyoit sur l'une d'elles, comme ne pouvant soutenir son corps, à cause de son extrême délicatesse ;

7 L'autre suivoit sa maîtresse, soutenant sa robe qui traînoit à terre.

8 Elle cependant, ayant le teint vermeil, et les yeux pleins d'agrément et d'éclat, cachoit la tristesse de son âme toute saisie de frayeur.

9 Et ayant passé de suite par toutes les portes, elle se présenta devant le roi au lieu où il étoit assis sur son trône, avec une magnificence royale, étant tout brillant d'or et de pierres précieuses ; et il étoit terrible à voir.

10 Aussitôt qu'il eut levé la tête, et qu'il l'eut aperçue, la fureur dont il étoit saisi jaillit de ses yeux étincelants; la reine tomba comme évanouie, et la couleur de son teint se changeant en pâleur, elle laissa tomber sa tète sur la fille qui la soutenoit.

11 En même temps Dieu changea le coeur du roi, et lui inspira de la douceur ; il se leva tout d'un coup de son trône, craignant pour Esther; et la soutenant entre ses bras, jusqu'â ce qu'elle fût revenue à elle, il la caressoit avec de douces paroles :

12 Qu'avez-vous, Esther? Je suis votre frère ; ne craignez point.

13 Vous ne mourrez point; car cette loi n'a pas été faite pour vous, mais pour tous les autres

14 Approchez-vous donc, et touchez mon sceptre.

15 Et voyant qu'elle demeurait toujours dans le silence, il prit son sceptre d'or, et, le lui posant sur la tête, il la baisa, et lui dit : Pourquoi ne me parlez-vous point?

16 Esther lui répondit : Seigneur, vous m'avez paru comme un ange de Dieu, et mon cœur a été troublé par la crainte de votre gloire.

17 Car, Seigneur, vous êtes admirable, et votre visage est plein de grâces.

18 En disant ces paroles, elle retomba encore, et elle pensa s'évanouir.

19 Le roi en étoit tout troublé, et ses ministres la consoloient.