Ester 8

1 Le même jour le roi Assuérus donna à la reine Esther la maison d'Aman, ennemi des Juifs ; et Mardochée fut présenté au roi ; car Esther lui avoit avoué qu'il étoit son oncle.

2 Et le roi prit l'anneau qu'il avoit fait ôter à Aman, et le donna à Mardochée. Esther fit aussi Mardochée intendant de sa maison.

3 Et non contente de cela, elle se jeta aux pieds du roi, et le conjura avec larmes de rendre vaine la malice d'Aman, fils d'Agag, et les atroces complots qu'il avoit formés pour perdre les Juifs.

4 Le roi lui tendit son sceptre d'or pour lui donner, selon la coutume, un témoignage de sa bonté. Et la reine se levant, se tint en sa présence,

5 Et dit : S'il plaît au roi, si j'ai trouvé grâce devant ses yeux, et que ma prière ne lui paroisse pas importune, je le conjure de vouloir ordonner que les premières lettres d'Aman, ennemi des Juifs, qui ne cherchoit qu'à les perdre, par lesquelles il avoit commandé qu'on les exterminât dans toutes les provinces du royaume, soient révoquées par de nouvelles lettres.

6 Car comment pourrois-je soutenir la mort et la ruine de tout mon peuple?

7 Le roi Assuérus répondit à la reine Esther et à Mardochée, Juif: J'ai donné la maison d'Aman à Esther, et j'ai commandé qu'il fût attaché à une croix, parce qu'il avoit osé lever la main contre les Juifs.

8 Écrivez donc aux Juifs, au nom du roi, comme vous le jugerez à propos, et scellez les lettres de mon anneau (car c'étoit la coutume, que nul n'osait s'opposer aux lettres qui étoient envoyées au nom du roi, et cachetées de son anneau).

9 Les secrétaires et les écrivains du roi ayant été appelés (c'étoit alors le temps du troisième mois appelé siban) le vingt-troisième de ce même mois, les lettres furent écrites sous la dictée de Mardochée, et adressées aux Juifs, aux grands seigneurs, aux gouverneurs et aux juges qui commandoient aux cent vingt-sept province, du royaume, depuis les Indes jusqu'en Éthiopie; et elles furent rédigées en différentes langues et avec des caractères différents, selon la diversité des provinces, des peuples et des Juifs, afin qu'elles pussent être lues et entendues de tout le monde.

10 Ces lettres, que l'on envoyoit au nom du roi, furent cachetées de son anneau, et portées par les courriers, afin que, parcourant toutes les provinces, ils prévinssent les anciennes lettres par ces nouvelles.

11 Le roi leur commanda en même temps d'aller trouver les Juifs en chaque ville, et de leur ordonner de s'assembler tous, et de se tenir prêts à défendre leur vie, à tuer et exterminer leurs ennemis, avec leurs femmes, leurs enfants, et toutes leurs maisons, et à enlever leurs dépouilles.

12 Et dans toutes les provinces fut marqué un même jour pour cette vengeance, savoir, le treizième jour du douzième mois, adar.

13 La substance de cette lettre du roi étoit : Qu'on fit savoir dans toutes les provinces et à tous les peuples qui étoient soumis à l'empire du roi Assuérus, que les Juifs étoient prêts à se venger de leurs ennemis.

14 Et les courriers partirent en hâte, portant cette lettre, et l'édit du roi soit affiché dans Suse.

15 Mardochée, sortant du palais et de la présence du roi, parut dans un grand éclat, portant une robe royale de couleur d'hyacinthe et de bleu céleste, ayant une couronne d'or sur la tète, et revêtu d'un manteau de soie et de pourpre. Et toute la ville fut dans les réjouissances et dans la joie.

16 Et une nouvelle lumière sembla se lever sur les Juifs, ainsi que la joie, l'honneur, et l'allégresse.

17 Parmi toutes les nations, les provinces et les villes où l'ordonnance du roi étoit portée, les Juifs étoient dans une joie extraordinaire; ils faisoient des festins et des jours de fêtes; jusque-là, que plusieurs des autres nations, et qui étoient d'une autre croyance, embrassèrent leur religion et leurs cérémonies; car la crainte du nom juif avoit rempli tous les esprits.