Tiago 1

1 JACQUES, serviteur de Dieu et de notre Seigneur Jésus-Christ: aux douze tribus qui sont dispersées: Salut.

2 Mes frères, considérez comme le sujet d’une très grande joie les diverses afflictions qui vous arrivent;

3 sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience.

4 Or la patience doit être parfaite dans ses oeuvres, afin que vous soyez vous-mêmes parfaits et accomplis en toute manière, et qu’il ne vous manque rien.

5 Si quelqu’un de vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous libéralement sans reprocher ses dons; et la sagesse lui sera donnée.

6 Mais qu’il la demande avec foi, sans aucun doute. Car celui qui doute est semblable au flot de la mer, qui est agité et emporté çà et là par la violence du vent.

7 Il ne faut donc pas que celui-là s’imagine qu’il obtiendra quelque chose du Seigneur.

8 L’homme qui a l’esprit partagé, est inconstant en toutes ses voies.

9 Que celui d’entre nos frères qui est d’une condition basse, se glorifie de sa véritable élévation.

10 Et au contraire, que celui qui est riche, se confonde dans son véritable abaissement, parce qu’il passera comme la fleur de l’herbe.

11 Car comme au lever d’un soleil brûlant, l’herbe se sèche, la fleur tombe, et perd toute sa beauté; ainsi le riche séchera et se flétrira dans ses voies.

12 Heureux celui qui souffre patiemment les tentations et les maux, parce que, lorsque sa vertu aura été éprouvée, il recevra la couronne de vie que Dieu a promise à ceux qui l’aiment.

13 Que nul ne dise, lorsqu’il est tenté, que c’est Dieu qui le tente: car Dieu est incapable de tenter, et de pousser personne au mal.

14 Mais chacun est tenté par sa propre concupiscence, qui l’emporte et qui l’attire dans le mal.

15 Et ensuite quand la concupiscence a conçu, elle enfante le péché; et le péché étant accompli, engendre la mort.

16 Ne vous y trompez donc pas, mes chers frères.

17 Toute grâce excellente et tout don parfait vient d’en haut, et descend du Père des lumières, qui ne peut recevoir ni de changement, ni d’ombre, par aucune révolution.

18 C’est lui qui par sa volonté nous a engendrés par la parole de la vérité; afin que nous fussions comme les prémices de ses créatures.

19 Ainsi, mes chers frères, que chacun de vous soit prompt à écouter, lent à parler, et lent à se mettre en colère.

20 Car la colère de l’homme n’accomplit point la justice de Dieu.

21 C’est pourquoi, renonçant à toutes productions impures et superflues du péché, recevez avec docilité la parole qui a été entée en vous, et qui peut sauver vos âmes.

22 Ayez soin d’observer cette parole, et ne vous contentez pas de l’écouter en vous séduisant vous-mêmes.

23 Car celui qui écoute la parole sans la pratiquer, est semblable à un homme qui jette les yeux sur son visage naturel, qu’il voit dans un miroir;

24 et qui après y avoir jeté les yeux, s’en va, et oublie à l’heure même quel il était.

25 Mais celui qui considère exactement la loi parfaite, qui est celle de la liberté, et qui s’y rend attentif, celui-là n’écoutant pas seulement pour oublier aussitôt, mais faisant ce qu’il écoute, trouvera son bonheur dans ce qu’il fait.

26 Si quelqu’un d’entre vous se croit être religieux, et ne retient pas sa langue comme avec un frein, mais séduit lui-même son coeur, sa religion est vaine et infructueuse.

27 La religion et la piété pure et sans tache aux yeux de Dieu notre Père, consiste à visiter les orphelins et les veuves dans leur affliction, et à se conserver pur de la corruption du siècle présent.