Judith 8

1 Or ces paroles d'Ozias furent rapportées à Judith, veuve, qui était fille de Mérari, fils d'Idox, fils de Joseph, fils d'Ozias, fils d'Elaï, fils de Jamnor, fils de Gédéon, fils de Raphaïm, fils d'Achitob, fils de Melchia, fils d'Enan, fils de Nathania, fils de Salathiel, fils de Siméon, fils de Ruben.

2 Et son mari fut Manassès, qui mourut au temps de la moisson de l'orge;

3 car tandis qu'il faisait travailler ceux qui liaient les gerbes dans les champs, l'ardeur du soleil frappa sa tête, et il mourut dans Béthulie sa ville, où il fut enseveli avec ses pères.

4 Or il y avait déjà trois ans et demi que Judith était demeurée veuve.

5 Et elle s'était fait au haut de sa maison une chambre secrète, où elle demeurait enfermée avec ses servantes.

6 Et ayant un cilice sur ses reins, elle jeûnait tous les jours de sa vie, excepté les sabbats, les premiers jours du mois et les fêtes de la maison d'Israël.

7 Elle était d'un élégant aspect, et son mari lui avait laissé de grandes richesses, un grand nombre de serviteurs, et des héritages où elle avait de nombreux troupeaux de boeufs et de moutons.

8 Elle était très estimée de tous, parce qu'elle avait une grande crainte du Seigneur; et il n'y avait personne qui dît une seule parole à son désavantage.

9 Ayant donc appris qu'Ozias avait promis de livrer la ville dans cinq jours, elle envoya chercher Chabri et Charmi, anciens du peuple.

10 Ils vinrent auprès d'elle, et elle leur dit : Comment donc Ozias a-t-il consenti de livrer la ville aux Assyriens, s'il ne vous venait du secours dans cinq jours?

11 Et qui êtes-vous, vous qui tentez le Seigneur?

12 Ce n'est pas là le moyen d'attirer Sa miséricorde, mais plutôt d'exciter Sa colère et d'allumer Sa fureur.

13 Vous avez prescrit un terme à la miséricorde du Seigneur selon qu'il vous a plû, et vous Lui avez marqué un jour.

14 Mais, parce que le Seigneur est patient, faisons pénitence de cette faute, et implorons Son pardon avec beaucoup de larmes.

15 Car Dieu ne menace point comme un homme, et Il ne S'enflamme pas de colère comme les fils des hommes.

16 C'est pourquoi humilions nos âmes devant Lui, et servons-Le en demeurant dans un esprit d'abaissement,

17 et prions le Seigneur avec larmes de nous faire sentir Sa miséricorde en la manière qu'il Lui plaira, afin que, comme l'orgueil de nos ennemis a troublé notre coeur, ainsi notre humilité devienne pour nous un sujet de gloire.

18 Car nous n'avons point suivi les péchés de nos pères, qui ont abandonné leur Dieu, et qui ont adorê des dieux êtrangers,

19 A cause de ce crime ils ont été abandonnés à leurs ennemis, au glaive, au pillage et à la confusion. Mais, pour nous, nous ne connaissons pas d'autre Dieu que Lui.

20 Attendons humblement Ses consolations, et Il sauvera notre vie des afflictions que nos ennemis nous font souffrir; Il humiliera toutes les nations qui s'élèvent contre nous, et Il les couvrira de honte, Lui, le Seigneur notre Dieu.

21 Et maintenant, mes frères, puisque vous êtes les anciens du peuple de Dieu, et que leur vie dépend de vous, relevez leur coeur par vos paroles, afin qu'ils se souviennent que nos pères ont été tentés, pour éprouver s'ils servaient véritablement leur Dieu.

22 Ils doivent se souvenir qu'Abraham notre père a été tenté, et qu'ayant été éprouvé par beaucoup d'afflictions, il est devenu l'ami de Dieu.

23 C'est ainsi qu'Isaac, que Jacob, que Moïse, et que tous ceux qui ont plu à Dieu, ont passé par de nombreuses afflictions, et sont demeurés fidèles.

24 Quant à ceux qui n'ont pas reçu ces épreuves dans la crainte du Seigneur, qui ont témoigné leur impatience, leurs reproches et leurs murmures contre le Seigneur,

25 ils ont été exterminés par l'Ange exterminateur, et ils ont péri par les serpents.

26 Ne témoignons donc pas d'impatience dans ces maux que nous souffrons;

27 mais, considérant que ces peines sont moindres que nos péchés, croyons que ces fléaux, dont Dieu nous châtie comme Ses serviteurs, nous sont envoyés pour nous corriger, et non pour nous perdre.

28 Alors Ozias et les anciens lui répondirent : Tout ce que vous avez dit est vrai, et il n'y a rien à reprendre dans vos paroles.

29 Maintenant donc priez pour nous, parce que vous êtes une femme sainte et craignant Dieu.

30 Et Judith leur dit : Comme vous reconnaissez que ce que j'ai pu vous dire est de Dieu,

31 éprouvez aussi si ce que j'ai résolu de faire vient de Lui, et priez-Le, afin qu'Il affermisse mon dessein.

32 Vous vous tiendrez cette nuit à la porte de la ville, et je sortirai avec ma servante; et priez pour que le Seigneur, comme vous l'avez dit, regarde Son peuple d'Israël dans ces cinq jours.

33 Mais je ne veux point que vous scrutiez mon dessein; et jusqu'à ce que je vous apporte des nouvelles, qu'on ne fasse autre chose que de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.

34 Et Ozias, prince de Juda, lui dit : Allez en paix, et que le Seigneur soit avec vous pour Se venger de nos ennemis. Et l'ayant quittée, ils s'en allèrent.