Isaías 51

1 Prêtez-moi attention, vous qui suivez la droiture, vous qui cherchez le SEIGNEUR; regardez au rocher duquel vous avez été taillés, et au trou de la fosse duquel vous avez été tirés.

2 Regardez à Abraham, votre père, et à Sarah qui vous a enfantés; car je l’ai appelé seul, et je l’ai béni et l’ai multiplié.

3 Ainsi le SEIGNEUR consolera Zion, il consolera tous ses lieux dévastés; et il fera de son désert un Éden, et de son lieu aride comme le jardin du SEIGNEUR; en elle sera trouvée joie et liesse, reconnaissance et la voix de mélodie.

4 Prête-moi attention, mon peuple; et prête-moi l’oreille, vous, ô ma nation car une loi procédera de moi, et j’établirai mon jugement pour demeurer une lumière des peuples.

5 Ma droiture est proche, mon salut est sorti, et mes bras jugeront les peuples; les îles m’écouteront, et elles se confieront en mon bras.

6 Élevez vos yeux vers les cieux, et regardez vers la terre; car les cieux s’évanouiront comme la fumée, la terre sera usée comme un vêtement, et ceux qui y demeurent mourront pareillement; mais mon salut demeurera pour toujours, et ma droiture ne sera pas anéantie.

7 Prêtez-moi attention, vous qui connaissez la droiture, peuple dans le cœur duquel est ma loi; n’ayez pas peur de l’infamie des hommes, et ne soyez pas effrayés de leurs injures.

8 Car la mite les rongera comme un vêtement, et le ver les rongera comme la laine; mais ma droiture demeurera pour toujours, et mon salut de génération en génération..

9 Réveille-toi, réveille-toi! Revêts-toi de puissance, ô bras du SEIGNEUR; Réveille-toi comme aux jours d’autrefois, [comme] aux générations passées. N’est-ce pas toi qui mis en pièces Rahab, et tu as blessé le dragon?

10 N’est-ce pas toi qui as desséché la mer, les eaux du grand abîme; qui as fait des profondeurs de la mer un chemin pour y faire passer les rançonnés?

11 C’est pourquoi les rachetés du SEIGNEUR retourneront, et viendront en chantant à Zion; et une joie éternelle sera sur leurs têtes; ils obtiendront allégresse et joie; et la souffrance et le deuil s’enfuiront.

12 Moi, c’est-à-dire moi, suis celui qui vous console. Qui es-tu, que tu aies peur de l’homme qui mourra, et du fils de l’homme qui deviendra comme l’herbe;

13 Et que tu oublies le SEIGNEUR, ton créateur, qui a étendu les cieux et placé les fondements de la terre, et tu t’es continuellement effrayé chaque jour, à cause de la fureur de l’oppresseur, comme s’il était prêt à détruire? et où est la fureur de l’oppresseur?

14 Le captif exilé se hâte afin qu’il soit mis en liberté, afin qu’il ne meure pas dans la fosse, et que son pain ne lui manque pas.

15 Mais je suis le SEIGNEUR ton Dieu, qui a séparé la mer, dont les flots mugissent; le SEIGNEUR des armées est son nom.

16 Or j’ai mis mes paroles dans ta bouche, et je t’ai couvert dans l’ombre de ma main, afin que j’établisse les cieux et place les fondements de la terre, et pour dire à Zion (Sion) Tu es mon peuple.

17 Réveille-toi, réveille-toi; lève-toi, ô Jérusalem, qui as bu de la main du SEIGNEUR la coupe de sa fureur, tu as bu la lie de la coupe d’étourdissement et l’as vidée.

18 Il n’y a pas un de tous les fils qu’elle a enfantés pour la guider; il n’y en a pas un qui la prenne par la main de tous les fils qu’elle a élevés.

19 Ces deux choses te sont arrivées; qui te plaindra? la désolation et la dévastation, et la famine et l’épée; par qui te consolerai-je?

20 Tes fils se sont évanouis, ils sont étendus couchés à tous les carrefours des rues, comme un bœuf sauvage [pris] dans un filet; ils sont remplis de la fureur du SEIGNEUR et de la réprimande de ton Dieu.

21 C’est pourquoi, entend maintenant ceci, toi affligée, et ivre mais non pas de vin

22 Ainsi dit ton Seigneur le SEIGNEUR, et ton Dieu, qui plaide la cause de son peuple: Voici j’ai pris de ta main la coupe d’étourdissement, c’est-à-dire la lie de la coupe de ma fureur; tu n’en boiras plus désormais.

23 Et je la mettrai dans la main de ceux qui t’affligent, et qui ont dit à ton âme Courbe-toi, afin que nous passions et tu as étendu ton corps comme le sol, et comme la rue pour les passants.