Juízes 3

1 Voici les noms des peuples que le Seigneur laissa vivre pour servir d'exercice et d'instruction aux Israélites, et à tous ceux qui ne connoissoient point comment il falloit se conduire dans les guerres des Chananéens,

2 Afin que leurs enfants apprissent après eux à combattre contre leurs ennemis, et qu'ils s'accoutumassent à ces sortes de combats où l'on obtient la victoire par la protection de Dieu, et non par la valeur ou par la multitude des soldats.

3 Ces peuples furent les cinq princes des Philistins ; car ceux de Gaza, d'Ascalon et d'Accaron, que la tribu de Juda avoit assujettis, secouèrent bientôt le joug qu'on leur avoit imposé, et restèrent dans leur pays, aussi bien que tous les Chananéens, les Sidoniens, et les Hévéens qui habitoient sur le mont Liban, depuis 1a montagne de Baal-Hermon jusqu'à l'entrée d'Emath.

4 Le Seigneur laissa ces peuples pour éprouver ainsi Israël, et pour voir s'il obéiroit ou s'il n'obéiroit pas aux commandements du Seigneur, qu’il avait donnés à leurs pères par Moïse.

5 Les enfants d'Israël habitérent donc au milieu des Chananéens, des Héthéens, des Amorrhéens, des Phérézéens, des Hévéens, et des Jébuséens.

6 Ils épousèrent leurs filles, donnèrent les leurs propres en mariage à leurs fils, et adorèrent leurs dieux.

7 Ils firent le mal aux yeux du Seigneur, oublièrent leur Dieu, et servirent Baalim et Astaroth.

8 Le Seigneur étant donc irrité contre les enfants, d'Israël, les livra entre les mains de Chusan-Rasathaïm, roi de Mésopotamie, auquel ils furent assujettis pendant huit ans, durant lesquels ils eurent beaucoup à souffrir,

9 Et ayant crié au Seigneur, il leur suscita un sauveur qui les délivra, savoir, Othoniel, fils de Cénez, frère puîné de Caleb.

10 L'esprit du Seigneur fut en lui, et il jugea Israël et le gouverna sous l'autorité et la conduite de Dieu; et s'étant mis en campagne par son ordre pour combattre Chusan-Rasathaïm, roi de Syrie, le Seigneur livra ce prince entre les mains d'Othoniel, qui le défit.

11 Le pays demeura en paix durant quarante ans ; Othoniel, fils de Cénez, mourut ensuite.

12 Alors les enfants d'Israël recommencèrent de faire le mal aux yeux du Seigneur, qui fortifia contre eux Eglon roi de Moab, parce qu'ils avoient péché devant lui.

13 Il joignit les enfants d'Ammon et d'Amalec à Églon, qui, s'étant avancé avec eux, défit Israël et se rendit maître de la ville des Palmes.

14 Les enfants d'Israël furent assujettis à Églon, roi de Moab, pendant dix-huit ans;

15 Après cela ils crièrent au Seigneur, et il leur suscita un sauveur nommé Aod, fils de Géra, fils de Jémini, qui se servoit de la main gauche comme de la droite, Les enfants d'Israël envoyèrent par lui des présents à Églon, roi de Moab, auquel ils étoient obligés de payer tribut.

16 Aod, voulant profiter de cette occasion pour exécuter l'arrêt que Dieu avoit prononcé contre Églon, fit faire une dague à deux tranchants, qui avoit une garde de la longueur de la paume de la main, et il la mit sous sa casaque à son côté droit, pour la tirer de la main gauche lorsqu'on s’en défieroit le moins.

17 Et il offrit ses présents à Églon, roi de Moab. Or Églon étoit extrêmement gros.

18 Et Aod, lui ayant fait ses présents, s'en retourna avec ses compagnons qui étoient venus avec lui.

19 Puis étant retourné de Galgala, où étoient les idoles que les moabites y avoient mises à la place de l'arche du Seigneur, et feignant que ces idoles lui avoient découvert quelque chose pour le roi de Moab, il dit au roi : O roi, j'ai un mot à vous dire en secret. Le roi ayant fait signe qu'on se tût, et tous ceux qui étoient auprès de sa personne étant sortis,

20 Aod s'approcha du roi, qui étoit seul, assis dans sa chambre d'été, et lui dit : J'ai à vous dire une parole de la part de Dieu. Aussitôt le roi se leva de son trône pour l'écouter avec plus d'attention et de respect;

21 Et Aod, ayant porté la main gauche à la dague qu'il avoit à son côté droit, la tira, et la lui enfonça si avant dans le ventre.

22 Que la poignée y entra tout entière avec le fer, et se trouva serrée par la grande quantité de graisse qui se rejoignit par dessus. Aod ne retira donc point sa dague ; mais, après avoir frappé, il la laissa dans le corps, et aussitôt les excréments qui étoient dans le ventre s'écoulèrent par les conduits naturels.

23 Mais Aod, ayant fermé à clef, avec grand soin, les portes de la chambre,

24 Sortit par la porte de derrière. Cependant les serviteurs du roi étant venus trouvèrent la porte fermée, et dirent : C'est peut-être qu'il a quelque besoin dans sa chambre d'été.

25 Et, après avoir longtemps attendu, jusqu'à en devenir tout honteux, voyant que personne n'ouvroit, ils prirent la clef, ouvrirent la chambre, et trouvèrent leur maitre étendu mort sur la place.

26 Profitant du trouble où ils étoient, Aod trouva le moyen de se sauver; et, ayant passé le lieu des Idoles, d'où il étoit revenu, il vint à Seirath.

27 Aussitôt il sonna de la trompette sur la montagne d'Éphraïm, et les enfants d'Israël descendirent avec Aod, qui marchoit à leur tête.

28 Aod leur avoit dit : Suivez-moi, car le Seigneur a livré entre nos mains les Moabites nos ennemis. Les Israélites suivirent Aod, s'emparèrent des gués du Jourdain par où l'on passe au pays de Moab, et ne laissèrent passer aucun des Moabites ;

29 Ils en tuèrent environ dix mille, qui étoient tous hommes forts et vaillants. Nul d'entre eux ne put échapper.

30 Moab fut humilié en ce jour-là sous la main d'Israël ; et le pays qui étoit à l'orient du Jourdain demeura en paix pendant quatre-vingts ans.

31 Après Aod, Samgar, fils d'Anath, fut en sa place. Ce fut lui qui tua six cents Philistins avec un soc de charrue ; et il fut aussi le défenseur et le libérateur d'Israël ; mais il ne vécut pas longtemps.