Sirach 40

1 Une grande préoccupation a été imposée à tous les hommes, et un joug pesant est sur les enfants d'Adam, depuis le jour où ils sortent du sein de leur mère jusqu'au jour de leur sépulture, où ils rentrent dans la mère commune.

2 Leurs pensées, les appréhensions de leur coeur, les réflexions qui les tiennent en suspens, et le jour de la mort les troublent tous,

3 depuis celui qui est assis sur un trône de gloire, jusqu'à celui qui est couché sur la terre et dans la cendre;

4 depuis celui qui est vêtu de pourpre et qui porte la couronne, jusqu'à celui qui est couveert de toile grossière. Ce n'est que fureur, jalousie, inquiétude, agitation, crainte de la mort, colère perpétuelle et querelles.

5 Sur leur couche même, au temps du repos, le sommeil de la nuit bouleverse leurs pensées.

6 L'homme se repose si peu, que ce n'est rien, pour ainsi dire, et ensuite dans ses songes il est comme au jour où l'on monte la garde.

7 Les fantômes qu'il voit en son âme l'inquiètent; il est comme un homme qui fuit au jour du combat; au moment où il est sauvé il s'éveille, et il admire sa frayeur dénuée de fondement.

8 Ainsi en est-il de toute chair, depuis l'homme jusqu'à la bête, et c'est sept fois pire pour les pécheurs.

9 De plus, la mort, le sang, les querelles, le glaive, les oppressions, la famine, la ruine et les fléaux,

10 toutes ces choses ont été créées contre les méchants, et le déluge est arrivé à cause d'eux.

11 Tout ce qui vient de la terre retournera dans la terre; comme toutes les eaux rentrent dans la mer.

12 Tout présent et toute iniquité périra; mais la foi subsistera éternellement.

13 Les richesses des injustes se dessécheront comme un torrent, et elles retentiront comme un grand tonnerre pendant la pluie.

14 Celui qui ouvre ses mains se réjouira; mais les prévaricateurs périront à la fin.

15 Les petits-enfants des impies ne multiplieront pas leurs rameaux; ils seront comme des racines gâtées qui s'agitent au sommet d'un rocher.

16 La verdure qui croît sur les eaux et au bord d'un fleuve sera arrachée avant toute autre herbe.

17 La bonté est comme un paradis de bénédictions, et la miséricorde durera éternellement.

18 La vie de l'ouvrier qui se suffit à lui-même sera remplie de douceur, et en elle tu trouveras un trésor.

19 Des enfants et la fondation d'une ville perpétuent le nom; mais une femme sans tache l'emporte sur ces choses.

20 Le vin et la musique réjouissent le coeur; mais l'amour de la sagesse les surpasse l'un et l'autre.

21 La flûte et la harpe produisent une suave harmonie; mais la langue douce les surpasse l'une et l'autre.

22 La grâce et la beauté plaisent à ton regard; mais la verdure des champs les surpasse l'une et l'autre.

23 L'ami et le compagnon se rencontrent dans l'occasion; mais une femme et un mari les surpassent l'un et l'autre.

24 Les frères sont un secours au temps de l'affliction; mais la miséricorde délivre encore plus qu'eux.

25 L'or et l'argent affermissent les pas; mais un sage conseil les surpasse l'un et l'autre.

26 La richesse et la force exaltent le coeur; mais la crainte du Seigneur les surpasse l'une et l'autre.

27 Rien ne manque à celui qui craint le Seigneur, et il n'a pas besoin de chercher du secours.

28 La crainte du Seigneur lui est comme un paradis de bénédiction, et on le couvre d'une gloire qui dépasse toute gloire.

29 Mon fils, tant que tu vivras ne sois pas un mendiant, car il vaut mieux mourir que mendier.

30 La vie de celui qui regarde à la table d'autrui n'est pas réellement une vie, car il se nourrit de mets étrangers;

31 mais celui qui est bien réglé et instruit se gardera de cet état.

32 La mendicité peut avoir de la douceur dans la bouche de l'insensé; mais un feu brûlera dans ses entrailles.